Accompagner l’implantation et l’organisation de projet locaux d’habitat autonome

Dès sa création, la FAH s’est donné pour objectif de contribuer à la création de projets locaux d’habitats autonomes.

En soutenant l’implantation de quatres résidences Ti’Hameau (logements conçus par la société Alter Domus), la FAH a concrètement oeuvré pour le développement de solutions d’habitat nouvelles pour les personnes en situation de handicap dépendante.


Ce soutien a pris plusieurs formes :

  • Rencontres et sensibilisation d’acteurs locaux à l’intérêt de soutenir les projets (élus, bailleurs, services de l’État, MDPH)
  • Accompagnement des phases d’études (préfiguration et mise en œuvre des projets, accompagnement au peuplement…)
  • Animation des groupes d’appui au peuplement des résidences
  • Réalisation d’évaluation du fonctionnement des services d’auxiliaires de vie assurant la sécurisation 24/24
  • Médiation (locataires/bailleurs/service)
  • Prise en charge de la réservation des logements en cas de vacance
  • Financement des systèmes centraux d’appel des services d’auxiliaires de vie assurant la sécurisation 24/24
  • Location du local d’activité du service 24/24 (Le Havre)
  • Financement de mobiliers (espaces communs, cuisines adaptables)
  • Mise à disposition de système de commandes d’appel du service 24/24 à l’entrée des locataires

Plusieurs partenaires ont soutenu financièrement les actions portées par la FAH en soutien à l’implantation de résidences Ti’Hameau :

 

  • Le CCAH
  • Réunica
  • AG2R
  • IRCEM
  • Fondation d’entreprise Saint Gobain Initiatives
  • Klesia
  • Malakoff Médéric
  • Handicap et Société
  • Mutuelle Intégrance

Mise en place des groupes locaux d’appui

Le modèle de résidences permettant la vie autonome et sécurisée de personnes en situation de handicap grâce à la mise en place de services de surveillance disponible 24/24 nécessite la mise en place d’une organisation particulière afin de garantir leur pérennité.

Dans le cadre du développement des premières résidences Ti’Hameau, la FAH a assuré en lien avec les acteurs locaux des missions d’accompagnement au peuplement, d’animation et de médiation entre les locataires, les services d’auxiliaires de vie, les bailleurs et les MDPH…

La multiplication souhaitée du nombre de résidences et la nécessité d’impliquer des acteurs en prise avec les réalités locales (rapidité des interventions, mobilisation des réseaux de proximité…) conduisent la FAH a proposer une nouvelle forme d’organisation basée sur l’implication d’un ou plusieurs acteurs locaux (associations existantes, collectifs spécifiquement créée…).

La Fabrik Autonomie et Habitat souhaite ainsi organiser la mise en place d’un groupe local d’appui pour accompagner le fonctionnement de chaque résidence.

La démarche de la FAH consiste à identifier le ou les acteurs pouvant assurer la fonction d’appui local, à former les personnes, et accompagner et conseiller la structure locale.

Le groupe (la structure) local est chargé d’assurer les fonctions d’appui au peuplement, de régulation des relations entre les locataires et le bailleur, et des relations entre les habitants en situation de handicap et le service assurant la prestation de sécurisation.

– Les fonctions d’appui au peuplement consistent à renseigner les personnes intéressées sur la disponibilité des logements, les conditions de leur possible attribution (validation par la CDAPH et conditions de ressources) et sur la procédure mise en œuvre (dossier…), à collecter les demandes et à réunir et animer le groupe d’appui au peuplement afin de valider les candidatures.

– La fonction de régulation entre les locataires et le bailleur ne concerne que les dimensions collectives des relations entre les locataires et le bailleur : amélioration ou dysfonctionnement de certaines dimensions de la résidence qu’elles soient matérielles (problème d’ascenseur…) ou sociale (surreprésentation des personnes en situation de handicap).

– La fonction de régulation entre les habitants en situation de handicap et le service ne concerne également que les dimensions collectives de cette relation : amélioration, innovation ou mauvais fonctionnement du service. Cette régulation fait l’objet d’une évaluation annuelle et autant que de besoins d’intervention ponctuelle.


Accompagner à la constitution de collectifs de locataires

En matière de logement, dans une perspective de moyen/long terme, il s’avère qu’il est la plupart du temps nécessaire de prévoir des « zones d’échanges » afin de permettre à toutes les acteurs impliqués (locataires, bailleurs…) de se concerter pour résoudre les problèmes inhérents au quotidien d’un collectif d’habitats. Dans le logement dit « ordinaire », cela prend souvent la forme de réunions de locataires, réunions de syndic…

La mise en œuvre de dispositifs spécifiques pour permettre la vie autonome des personnes en situation de handicap crée une situation nouvelle. Il peut s’avérer que ces personnes aient besoins de faire valoir auprès des interlocuteurs que sont les bailleurs et les gestionnaires de service de sécurisation de vie des demandes spécifiques.

Pour assurer la pérennité du fonctionnement des résidences, certaines fonctions doivent aussi être impérativement garanties, comme la qualité du service auxiliaire de vie, la qualité de l’habitat et l’assurance du bon fonctionnement des équipements de sécurité et des moyens de déplacements (ascenseurs, automatismes divers).

La nature des relations entre les acteurs est dans cette situation particulièrement asymétrique avec d’un côté des structures professionnelles organisées et de l’autre des personnes ne disposant pas toujours des connaissances sur les modalités de fonctionnement des services qu’il leurs sont dues. Certains peuvent avoir en outre des difficultés d’expression de leur demande. La constitution d’un groupe d’intérêt peut contribuer à rééquilibrer les relations et favorise l’autonomie des personnes qui trouvent ainsi un soutien dans leur démarche sans avoir à recourir à des tiers extérieurs.

Parallèlement à la mise en place des groupes locaux d’appui, la FAH se propose d’accompagner la constitution de collectifs de locataires en situation de handicap afin de les informer sur les enjeux spécifiques au fonctionnement des résidences permettant la vie autonome et de leur proposer des outils et des méthodes afin de constituer un groupe pouvant interagir avec les interlocuteurs précédemment cités.


Evaluations annuelles et accompagnements des acteurs locaux par la Fabrik

Dans le cadre de ses missions, la FAH doit assurer l’évaluation de la qualité des services d’auxiliaires de vie assurant la sécurisation 24/24. Par convention avec les services, il est prévu une évaluation annuelle.

Cette fonction a pour objectif de garantir le maintien des principes assurant la pérennité des résidences, de garantir la présence de personnels formés et d’assurer le respect d’un équilibre dans les relations prestataire / locataire.

La mise en place de groupes locaux d’appuis et la constitution de collectifs de locataires nécessite également une implication à long terme de la FAH non pas comme animateur mais comme expert pouvant être sollicité dans des situations particulières (médiation externe, expertise, conseil en organisation).