Informer et conseiller les porteurs de projet

Les actions engagées

Forte de son expérience dans l’accompagnement à la création de domicile autonome et de l’expertise acquise sur les enjeux liés au développement de l’habitat intermédiaire, la FAH est amenée à informer des porteurs de projets (associations, collectivités) et des institutions impliquées dans des projets de création d’habitats.

A l’occasion de la création des projets Ti’Hameau par Alter Domus, la Fabrik a joué un rôle déterminant tant sur le volet des aides humaines (participation au montage d’un service de sécurisation 24h/24) que concernant la construction des logements (plan des appartements, équipements domotiques et autres…)

Sollicitée par d’autres porteurs de projets, elle apporte son savoir-faire acquis depuis plus de 10 ans.


Perspectives et projet de FAH et ses partenaires

Préfiguration d’une « agence nationale » pour le développement des formules d’habitat intermédiaire destinées à des personnes en situation de handicap.

Eléments de contexte

Les formules d’habitat intermédiaire destinées aux personnes en situation de handicap s’imaginent et s’inventent en deux endroits de la société. D’un côté, les grands (et les petits) acteurs du médico-social qui envisagent ces formules à la fois comme la possible résolution de problématiques nouvelles (telles les bénéficiaires des ESAT désormais vieillissants) ; la concrétisation d’un processus de « désinstitutionalisation » que les conventions internationales ratifiées par la France rendent nécessaires ; la poursuite de la production de services alors que la rigueur budgétaire persistante rend difficile la mise en œuvre de nouveaux établissements. De l’autre, des parents de personnes handicapées ou des personnes handicapées elles-mêmes, appuyées ou non par des associations. Des parents eux-mêmes vieillissants qui doivent imaginer des solutions afin d’anticiper le moment où ils ne pourront plus héberger leurs descendants ou de jeunes parents d’adolescents ou de jeunes adultes qui ne peuvent imaginer d’autre solutions qu’inclusives, inspirés qu’ils sont par leur projet d’éducation. Des adultes également, résidants d’établissements médico-sociaux mais souhaitant une vie hors de celui-ci ou imaginant des formes plus solidaires d’habitat afin d’améliorer leurs moyens de compensation.

Ces deux types de promoteurs de solutions d’habitat ne mettent pas en œuvre tout à fait les mêmes stratégies d’élaboration de solutions et pour certains d’entre eux ne partagent pas non plus exactement la même conception de ce qu’est une « vie autonome » (ainsi de certains jeunes parents d’adolescents qui rejettent a priori toute solution médico-sociale). Comme ils ne disposent pas des mêmes ressources en termes de méthodes ou de connaissance des fonctionnements technico-administratifs des collectivités ou des services de l’Etat.


 Intentions

Accompagner et valoriser ces initiatives que l’on désigne ici par « solidaires », en montrant leur manière d’entreprendre spécifique, apparaît comme pertinent pour l’évolution même de ces formules et surtout pour en multiplier la diversité des formes. Ce qui caractérise principalement ces initiatives est le fait que des personnes volontaires se constituent en groupe et se fédèrent autour d’un projet de vie et de relations de voisinages, afin d’élaborer et de réaliser ensemble un programme d’habitat. Ces initiatives, aux variations près de chacune de ces expériences singulières, manifestent les caractéristiques de ce que l’on peut désigner comme un agir solidaire.

Afin de soutenir et de multiplier ces initiatives, il est nécessaire de constituer un assemblage de moyens et de ressources (dénommé provisoirement « agence nationale pour le développement des formules d’habitat intermédiaire ») qu’il conviendrait de mettre en œuvre. Orientée prioritairement vers l’accompagnement et le soutien à ces projets dit « solidaires », l’agence doit également soutenir et accompagner des projets d’habitat intermédiaire pensés par d’autres acteurs (collectivité, organismes de logement social, structures du médico-social…), étant entendu que l’horizon souhaité est celui d’une pluralité de formules sur les territoires de vie des personnes, véritable condition de leur choix.

Cette « agence » doit pouvoir à terme proposer des accompagnements auprès des groupes eux-mêmes qui, la plupart du temps, ont besoin d’un appui méthodologique afin de qualifier les besoins d’habitat et nouer relation avec les organisations nécessaires à la réalisation de la solution envisagée. Elle doit pouvoir également produire et diffuser des ressources méthodologiques et documentaires (de type « guide »), utiles aux promoteurs locaux de ces formules.

Elle doit également favoriser la mise en réseau d’appuis (personnes ou organisations), de pairs et d’expérimentations réussies au travers notamment de la production d’une cartographie des solutions d’habitat sur le territoire (fonction « observatoire ») et la promotion de journées d’études décentralisées.

Elle doit enfin contribuer à la production d’études diverses, en sociologie, urbanisme, etc. et à leur diffusion dans un souci d’accès des promoteurs de solutions d’habitat à ces connaissances.


Proposition

La Fabrik Autonomie et Habitat souhaite mener une mission de préfiguration de cette « agence » dans une perspective d’étude action. Etude parce qu’il s’agit de la co-élaborer, conjointement avec des acteurs du champ du handicap, ceux du champ de l’habitat et des initiateurs actuels de ces formules. Cela nécessite de prendre le temps de la mise en débat et de l’élaboration les questions de périmètre d’actions, de forme juridique, de gouvernance, de financement… Action, parce qu’il s’agit simultanément, d’expérimenter et de formaliser les méthodes de projet pertinentes pour l’élaboration et la mise en œuvre de ces formules d’habitat ; ainsi que d’identifier les besoins en ressources documentaires de ces porteurs de projet d’habitat.